Actualité

Je suis Charlie

Ils ont visé un journal, ses journalistes, les policiers qui les protégeaient.

En les attaquant ainsi, les assassins ont aussi attaqué les valeurs de l’université qui sont naturellement celles de la République, la liberté d’expression en tête. Ils ont tué des journalistes, des dessinateurs, des libre penseurs, parce qu’ils étaient journalistes, parce qu’ils étaient dessinateurs, parce qu’ils étaient libre penseurs. Ils ont voulu tuer un journal, combattre la pensée et les mots par des balles et du sang. Ceci nous replonge dans les heures les plus noires de notre Histoire. Ce n’est pas la violence qui peut venir à bout des libertés, c’est la pensée libre qui vient à bout de toutes les oppressions.

 

L'Université de Lorraine s’associe à la douleur des familles des victimes.

 

En cette journée de deuil national, je propose de témoigner notre solidarité et notre indignation en nous regroupant aujourd'hui à midi, sur chaque site, chaque campus, pour observer ensemble une minute de silence.
 
Montrons ensemble notre tristesse, notre indignation et démontrons notre attachement inébranlable à la Liberté.
 
Pierre MUTZENHARDT

Président de l'Université de Lorraine

 

En cette journée de deuil national, je propose de témoigner notre solidarité et notre indignation en nous regroupant aujourd'hui à midi, dans les halls de notre Faculté rue Lebrun ou devant l'amphi Parisot rue Lionnois, pour observer ensemble une minute de silence.

--
Francine Paulus

Doyen
Faculté de Pharmacie
Université de Lorraine